Un billet à propos de mon matériel photo actuel et surtout pour vous expliquer mon choix de passer d’un système reflex numérique plein format, boîtier Canon EOS 5D III avec des objectifs Canon, à un système hybride Fuji en APS-C, le XT2 avec des objectifs Fuji et des vieux Olympus de l’ère argentique, le tout pour une utilisation professionnelle.

Pour commencer, j’ai débuté la photo à l’époque de l’argentique. De mon premier petit compact enfant j’ai rapidement utilisé et apprécié les vieux reflex. Après un cours passage aux reflex argentiques récents de l’époque (Canon EOS 50 et quelques EOS 1) je repasse très vite sur mon Olympus OM2 et son parc d’objectifs Olympus, ce sera mon fidèle compagnon pendant des années, notamment lors de mes 3 années à l’ETPA  et encore aujourd’hui !

Mes premières expériences en numérique étaient des boîtiers reflex prêtés par la rédaction de la Dépêche du Midi Toulouse alors que j’y étais pigiste.
J’aimais beaucoup l’argentique et ne prêtais que peu d’attention à l’arrivée de la photographie numérique.
Pourtant, pour des raisons professionnelles, je finis par m’équiper de mon premier reflex numérique, un Canon EOS 5D I en plein format. Ce boîtier deviendra rapidement mon principal outil de travail avec quelques optiques Canon de belle qualité. 
Quelques années plus tard je passe sur un Canon EOS 5D III, un excellent boîtier en termes de qualité d’image si il est couplé avec de bonnes optiques de qualité. Je n’ai rien à reproché en qualité photo à ce matériel, fiable pour de très belles photos.
Pourtant je ne retrouve pas le plaisir à photographier que j’avais avec mon Olympus OM2. 
Ces boîtiers reflex sont certes excellents mais ils sont très lourds et volumineux, il en va de même pour leurs optiques. Moi-même de petit gabarit, mon combo boîtier – objectif ne passe pas inaperçu et me cache, je disparais derrière. J’utilise essentiellement des objectifs fixes et peu de télés, donc pas les plus gros objectifs. Mon sac photo se transforme en gros sac, et emporter mon reflex partout avec moi devient pénible et peu pratique. 
En plus, suite à une blessure de l’épaule lors d’une course en montagne, le poids de mon sac est rédhibitoire. Mon appareil photo devient un fardeau que je ne prends avec moi plus que par amour et passion de la photo et il reste de plus en plus souvent au fond de mon sac.

Depuis un certain temps les hybrides attirent mon oeil, peut-être sont-ils une solution à mes difficultés de matériel. 
Après quelques recherches, trois hybrides sortent du lot : Les Sony α7 en plein format, Le Fuji XT1 puis le XT2 en APSC et l’Olympus OM D EM1 II en micro 4/3.
J’ai l’occasion de tester l’Olympus lors des rencontres d’Arles. J’aime beaucoup son utilisation, j’ai beaucoup de plaisir à photographier avec. Le résultat sur écran d’ordinateur est plutôt bon, cependant la taille du capteur me fait beaucoup hésiter, c’est quand même petit le micro 4/3 et j’aime tirer mes images en grand format.
Peu de temps après j’ai l’occasion de tester le Sony à deux reprises. Si le résultat est qualitativement excellent je n’aime pas du tout la prise en main du boîtier ni les objectifs Sony trop volumineux à mon goût. Ceci est bien sur un point de vue subjectif et personnel. Si le plein format me tente beaucoup, je ne suis pas du tout séduite par le matériel. 
Par la suite j’ai l’occasion de tester le Fuji grâce à l’amabilité du magasin Camara de Grenoble. Le boîtier me séduit complètement tant par son utilisation, son ergonomie, son esthétique que par le résultat obtenu.

Suite à ma documentation je ne doutais pas de ses performances en reportage mais je voulais le tester en studio pour du portrait avec mes lumières.  Je réalise un shooting test en utilisant pour pouvoir comparer mon Canon EOS 5 III et le Fuji XT2 avec la même lumière, le même modèle et des poses similaires : le traitement des raws Fuji sera plus rapide que ceux des raws Canon et au final je garderais les photos prises au Fuji de ce shooting, pourtant réalisé selon mes habitudes « Canon »Le résultat est bluffant.

Je suis séduite, conquise, et je me décide finalement à passer le pas et à acquérir ce boîtier, le Fuji XT2 avec une focale fixe Fuji et une bague d’adaptation pour mes vieilles optiques Olympus OM. Le Focus picking fait des merveilles et après plusieurs tests concluants, je peux utiliser ces vieilles optiques en toute confiance dans de multiples situations allant du studio au reportage, en passant par  la street, le sport, le paysage, en attendant de m’équiper avec des optiques Fuji au fur et à mesure de mes besoins et envies.

Après quelques mois d’utilisation, je ne regrette absolument pas mon choix. Ce boîtier à un rendu qui me plaît beaucoup et me rappelle les contraintes des films argentiques. Je n’ai pas de difficultés de traitement des raws avec Lightroom. Mon flux de travail ne s’en trouve pas modifié. J’ai beaucoup de plaisir à photographier avec et j’aime beaucoup le résultat. 
Son plus gros défaut est la faible capacité de la batterie mais même en en prévoyant beaucoup cela n’alourdit pas le sac photo. Il faut juste être prévoyant
L’autofocus n’est pas à la pointe des reflex pros mais il est amplement suffisant, même en photographie sportive et comme j’utilise beaucoup d’objectifs manuels, je suis de toute façon soumise à une mise au point manuelle, ce à quoi je suis habituée avec mon Olympus OM2. Ce n’est pas une difficulté pour moi. Et le Focus Picking est performant
Le viseur électronique ne m’a pas vraiment perturbé, mais là encore c’est très personnel et chacun réagira à sa manière. 

Le principal est que l’utilisation du boîtier me convienne, j’ai l’impression d’utiliser mon OM2 en version modernisée numérique.  Le résultat est bon, même très bon à mes yeux. 
Ce boîtier est utilisé par de nombreux autres professionnels dans des conditions d’utilisation variées allant du mariage au grand reportage en passant par le portrait et de nombreux autres domaines de la photographie. Me voilà donc une photographe de plus convaincue par ce boîtier.  J’ai revendu mon matériel Canon et je ne regrette en rien mon choix. Mon boîtier m’accompagne à nouveau partout et il ne reste pas souvent au fond du sac ! D’ailleurs son faible encombrement et son poids son un grand atout en montagne et je ne disparais plus derrière !

Pour clore mon billet à propos de mon Fuji XT2, un aperçu d’un même lieu photographié au Canon EOS 5D III et au FUJI XT2, le passage de l’Aulp du Seuil en Chartreuse.
 Attention cependant, ces photos ont été prises à un an d’écart, dans des conditions différentes. Le traitement correspond au moment des photos. Même si le lieu est identique et que j’ai pris des photos similaires, ce n’est pas un test comparatif

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :